Des bornes destinées à collecter les chewing-gums ont été installées dans quatre communes de la métropole bordelaise. Une expérimentation menée par l’entreprise KeeNat et le Grand Projet des Villes Rive Droite, groupement d’intérêt public des villes de Bassens, Lormont, Cenon et Floirac.

L’entreprise KeeNat se lance dans une nouvelle bataille contre les déchets. Elle vient d’installer des bornes de collecte de chewing-gums à Bassens, Lormont, Cenon et Floirac. Après le déploiement de son projet de collecte et recyclage de mégots de cigarettes dans toute la France, la société girondine espère rencontrer un nouveau succès.

L’expérimentation, mise en place à Bassens, Lormont, Cenon et Floirac, doit durer 6 mois. Au total, une vingtaine de bornes couleur rose bonbon ont fleuri à des endroits stratégiques, notamment au niveau des établissements scolaires.

Collecter, sensibiliser et … recycler ?

L’objectif est de réduire les déchets au sol, collecter les chewing-gums, sensibiliser la population mais aussi  trouver un moyen de recycler ces déchets.

L’entretien, la collecte des bornes (à vélo, toutes les 3 semaines) et la pesée des déchets sont assurés par KeeNat. Pour réaliser ce projet, l’entreprise, très mobilisée autour de l’insertion professionnelle, va faire appel à des personnes éloignées du marché du travail. Ces dernières pourront réaliser la collecte ou bien participer aux journées de sensibilisation qui seront mises en place à partir du mois d’avril dans les communes. “Par terre, un chewing-gum met trois à dix ans pour se désintégrer. Et en se désintégrant, tous les polluants partent dans les sols. Les chewing-gums représentent aussi plus de 100.000 tonnes de la pollution plastique dans les mers et les océans, ce qui est impressionnant”, souligne Sandrine Poilpré, la directrice générale associée.

Après avoir collecté ces chewing-gums, l’entreprise souhaiterait les recycler. Pour l’heure, elle n’a pas encore trouvé la solution mais elle va travailler avec des laboratoires en Nouvelle-Aquitaine pour identifier un moyen de les valoriser. L’une des pistes serait de recycler les chewing-gums en une matière qui ressemblerait à des semelles de chaussures.

Sources – France Bleu